Un petit tour en Bretagne et puis c’est le retour en Normandie pour Vincent Riou et Jean Le Cam. Hier à 15 heures, ils étaient réunis au Havre comme l’ensemble des skippers pour connaitre la décision de l’organisation quant à la date et l’heure de départ de la Transat Jacques Vabre. Une décision attendue et qui est venue confirmer la tendance : c’est bien aujourd'hui à 13 heures que toutes les classes s’élanceront vers Itajaí au Brésil.

 

 

Vincent et Jean ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme, eux qui piétinent depuis plusieurs jours et qui n’ont qu’une envie : tirer le meilleur de leur monocoque PRB tout au long des 5 450 milles de course. « Malgré le report, l’excitation du départ reste là car ça fait longtemps que l’on prépare cela. Peu importe la date, il va falloir faire de belles choses sur l’eau dès le départ » explique Vincent qui a suivi de près l’évolution de la météo pendant son break à Loctudy. « Il faudra être rapide » renchérit Jean, visiblement déjà très concentré sur la course.
La flotte s’élancera demain dans un vent d’Ouest modéré et pourra progresser sur un bord jusque Barfleur. Il faudra ensuite gagner la Pointe Bretagne puis attaquer le Golfe de Gascogne. Pas question de trainer en Manche car les premiers à gagner le Golfe pourront prendre un petit avantage pour gérer des conditions de vents plus musclées jusqu’au Cap Finisterre (30 à 35 nœuds d’Ouest et une mer formée). Le début de la course va être important et il faudra bien positionner le curseur pour préserver le matériel. Aller vite sans casser sera le leitmotiv de chacun des 10 duos engagés en IMOCA. « Une fois le Cap Finisterre paré, la mer se calmera, le vent adonnera, les spis seront de sortie et nous partirons pour une belle glissade jusqu’au Pot au Noir. Si les prévisions sont conformes, elles sont plutôt très sympas pour nous, concurrents. La course sera longue, il faudra arriver en bon état au Cap Finisterre pour être prêt à attaquer la suite, le Pot au Noir » annonce le skipper. Vincent et Jean quitteront le ponton à 10h32 précises demain matin. Ce sera parti pour environ 18 jours de course.

 

Vincent Riou :
« Aujourd'hui à 13 heures, on ne sera plus là ! On piétine un peu donc on est content d’y aller. Malgré le report, l’excitation du départ reste là car ça fait longtemps que l’on prépare cela. Peu importe la date, il va falloir faire de belles choses sur l’eau dès le départ. Le début de la course va être important. Ca partira par devant, il faut éviter de se retrouver derrière dès le début mais comme à chaque fois. Nous avons des conditions musclées jusqu’au Cap Finisterre et après, la mer se calmera, le vent adonnera, les spis seront de sortie et nous partirons pour une belle glissade jusqu’au Pot au Noir. Si les prévisions sont conformes, elles sont plutôt très sympas pour nous, concurrents. La course sera longue, il faudra arriver en bon état au Cap Finisterre pour être prêt à attaquer la suite ».  

Jean Le Cam :
« C’est une décision qui n’est pas facile à prendre car la situation est hyper complexe mais je pense que c’est un bon compromis. Le retour en Bretagne a été court et j’ai regardé constamment les cartes météo. Le départ va se faire dans des vents pas très forts. Pour la suite, plus tu seras devant dans le Golfe de Gascogne et meilleures seront les conditions. Il faudra être rapide. »